Kiznaiver, le manga du printemps.

kiznaiver

Titre : Kiznaiver (en japonais : Kizunaībā)

Type : Seinen

Scénariste : Mari Okada

Synopsis : Katsuhira Akata, un lycéen vient d’apprendre qu’il a été sélectionné pour le programme Kizuna qui permet, à ceux qui y sont connectés, de partager et répartir leurs blessures et douleurs entre eux. Si ce programme a pour but d’instaurer la paix dans le monde, il est malheureusement encore incomplet. Mais contrairement aux autres, Katsuhira possède une personnalité différente et ne ressent pas les émotions de la même façon…

Avis : on commence l’histoire par l’installation du climax où on suit sept personnes, des cobayes, qu’on lie de force par la douleur. C’est les quatre premiers épisodes, et on ne cesse d’être étonné par un scénario original. Chaque personnage a une personnalité développée pour l’intrigue (dans le sens où le fait qu’ils soient stéréotypés impacte dans le bon sens le scénario, à l’image du manga My Hero Academia) et on ne s’ennuie pas. On suit leur développement dans ce groupe unique, comment ils s’unissent grâce aux épreuves des responsables du programme kiznaiver. Ensuite, on a 3 épisodes où le rythme ralentit un peu, on peut décrocher, mais c’est une très mauvaise idée (j’ai faillit le faire, le décrochage), car les sept premiers épisodes sont faits pour avoir tous les éléments en tête et apprécier au maximum les quatre derniers épisodes où on peut vivre tous les sentiments possibles et inimaginables. Un véritable orgasme animétographique (de quoi ce mot n’existe pas ?! )

Share with:

One thought on “Kiznaiver, le manga du printemps.

Laisser un commentaire