Nature & Culture : Le Choc des Titans.

Bonjour,
Tout d’abord, merci à ceux qui me lisent. N’hésitez pas à m’ajouter sur Facebook si ce n’est pas déjà fait, à partager aussi, et à vous inscrire sur la Steamletter (un mail par mois, deux maximum). Je n’affiche plus à chaque fois sur les réseaux sociaux les publications d’articles afin de ne pas surcharger mon mur.


Nature et Culture : Choc des Titans.

Petite intro.
Avant de commencer, je tiens à préciser que ça fait cinq ans que je n’ai pas lu de livre sur le Yin & Yang, ma philosophie s’est faite aussi beaucoup au fil des discussions.
Je vais donc aborder des thèmes qui m’ont beaucoup marqué, et mon rapport avec ses thèmes.
Quand je vais parler de la nature, ici, ce n’est pas un retour à la nature, au monde sauvage, à Tarzan. Selon moi, même si l’homme l’a allègrement modifié, nous vivons déjà dans la nature. Je vais donc plutôt blablater ici de notre nature, la nature humaine, ce que nous sommes réellement, sans masque.

Point culture : « Nature » vient du latin « Nascor », qui signifie naitre. C’est quelque chose qu’on est à la naissance, à l’origine.
Aristote disait : « La nature est à l’origine de son propre mouvement », comme un bébé qui grandit, et non d’une maison construite par l’homme. Dans ce cas-là, je parle de culture.
(Je reviendrai sur Aristote quand je parlerai de la Tolérance, l’intolérance, avec son ouvrage « Éthique à nicomaque »)

J’aborde donc ici la dualité Nature/Culture.
Fin intro.


La nature de l’homme s’oppose souvent à sa « culture », ses créations. Aujourd’hui, on vit mieux grâce à la jonction entre les deux. (je rappelle que cet article est mon point de vue) Pour illustrer ce propos, j’aime prendre l’exemple de l’agriculture : on a autant besoin de la terre que des outils pour cultiver des fruits et des légumes de manière intensive. On ne survit pas en tant qu’agriculteur en cueillant quelques fruits dans la forêt qui entoure le patelin. Sur un plan qui nous concerne un tantinet plus ; le plan humain, il est plus usuel de voir une personne avoir une manière d’être entre le naturel et le culturel dans le sens où on est influencé par ce qui nous entoure, comme notre famille, nos amis, la société qui nous construit.
La réelle question serait : comment trouver le juste milieu ? Et à cela, je répondrai qu’il faut faire du cas par cas, chaque situation est différente. Allez encore un exemple, j’adore les exemples. Pour ma part, en entretien, je ne tente pas de dire exactement ce qu’on attend que je dise ni les réponses habituelles. Quand l’on me demande : pourquoi vous avez choisi l’informatique ? Je réponds que c’était un peu par hasard, je créais un site pour mettre mes histoires avec un site préfait, et ça ne me plaisait pas, donc j’ai appris à en faire. (je résume) Je garde mon naturel humoristique et joyeux en racontant mes galères, en parlant longtemps souvent pour ne rien dire (mon plus court entretien à durer une heure) tout en gardant quand même une ligne directrice sur ce que la société m’impose de dire.
Quand je bâtis une relation, je suis toujours moi-même aussi, en omettant au départ certaines choses qui pourraient me porter préjudice, où qui ferait fuir en premier abord une personne qui juge facilement. Une relation basée entièrement sur le mensonge est bancale.
Jusque là vous me suivez ?

Point I don’t give a fuck : Je reviendrai sur la vérité et le mensonge, avec un article et une nouvelle (sauf si elle est acceptée par la revue à qui je l’ai envoyé, mais ne nous faisons pas trop d’illusion non plus)

Le fait qu’on doive concilier les deux pour vivre bien dans notre société peut sembler étonnant, mais il ne faut pas voir cette dualité comme deux choses opposées, comme je l’expliquais juste avant. C’est à ce moment-là que vous vous rappelez le symbole du Yin (Noir) & Yang (Blanc), où le Yin contient du Yang, et inversement.
En effet, là où commence l’humanité, la nôtre ne s’arrête pas, comme le pensait Marx, étant donné que notre nature suit un mouvement, et évolue, en fonction des créations de l’homme et de la société. Toujours selon moi, la Culture, la société, fait partie du mouvement qui fait muter notre Nature.
Le plus souvent, les gens pensent que la culture est une mauvaise chose, le produit de la société de consommation. Je n’avance pas dans ce sens, je pense que la Culture de notre société est bonne. Par exemple (oui, encore), les réseaux sociaux font que je m’ouvre plus facilement aux autres (et vice-versa), et à plus de personnes.
Est-ce que le fait que je communique avec certaines personnes que de manière virtuelle fait de moi un homme dénaturé ?
Je ne le pense pas, je ne le crois pas, ça fait juste de moi un homme plus ouvert, plus timide loin de l’écran, mais avec plus de relations, plus consistantes aussi, car je peux parler avec n’importe qui au bout du monde, juste en allumant mon portable, et à toutes heures. Il y a des contrecoups, et des contre contrecoups, évidemment. Le Yin Yang est une roue où bien (parsemé de noir) et mal (parsemé de blanc) s’alterne constamment. Mes relations sont rapidement plus fortes, mais s’évaporent aussi plus vite que celles bâties à coup de verre d’alcool au détour d’un bar. J’appelle ça du ghosting, les gens se lient avec d’autres personnes et t’oublient. Mais chaque expérience est une bonne expérience, et je ne regrette aucune relation, virtuelle ou pas. J’allie Nature et Culture de bons grés. (Vive Facebook ! Et les Forums, et le Nanowrimo ! Yay !)

Point vulgaire : La vie est une fille de joie à la beauté changeante, et son tarif est élevé, mais le plaisir est là, toujours. Alors, pourquoi ne pas se dénaturer, ou laisser ce qui nous entoure, la société, impacter notre nature pour prendre notre pied quelques instants ?


Pour ce sujet, j’ai l’impression de ne pas avoir été trop claire. J’aurais sûrement dû commencer par un article beaucoup plus équivoque et dans l’ère du temps comme « Mensonges & Vérité » ou « Tolérance & Intolérance ».
Pour terminer sur l’union Nature/Culture, je donne une petite citation de je-ne-sais-plus-qui, qui résume bien ma manière de penser : « L’homme n’est pas sur cette terre un étranger, mais un voyageur dont le but et de comprendre les choses alentour et de s’unir avec elles. »

Share with:

Laisser un commentaire